Comment l’exploitation des courants océaniques profonds peut-elle contribuer à la production d’énergie ?

janvier 17, 2024

En 2024, l’humanité est face à un défi majeur : comment répondre à nos besoins croissants en énergie tout en réduisant notre impact sur l’environnement ? La solution pourrait résider, en partie, au plus profond de nos océans. Élément encore peu exploré, les courants marins de grande profondeur recèlent un potentiel énergétique colossal. Grâce à l’exploitation des hydroliennes, ces turbines sous-marines, l’énergie des courants marins peut être transformée en électricité. Cet article vous invite à découvrir comment l’énergie des profondeurs océaniques peut contribuer à la production d’énergie renouvelable.

Les hydroliennes : une technologie au service du potentiel énergétique des océans

Les hydroliennes sont de véritables moulins à eau sous-marins. Elles exploitent l’énergie cinétique des courants marins pour produire de l’électricité de façon propre et renouvelable. Leur système est simple : l’eau en mouvement fait tourner leurs hélices, ce qui entraine un alternateur produisant de l’électricité. Cette technologie s’inscrit pleinement dans la transition énergétique vers des sources d’énergie plus respectueuses de l’environnement.

Avec plus de 70% de la surface terrestre couverte par les océans, le potentiel énergétique des courants marins est immense. Les zones de fort courant, comme les détroits, les estuaires ou les courants océaniques profonds, peuvent générer des quantités considérables d’électricité. De plus, contrairement à d’autres sources d’énergie renouvelables comme le vent ou le soleil, les courants marins sont constants et prévisibles, ce qui rend leur exploitation plus fiable et régulière.

L’exploitation des courants océaniques profonds : un potentiel encore sous-exploité

L’exploitation des courants de surface a déjà fait ses preuves, mais les courants océaniques profonds représentent un potentiel encore largement sous-exploité. Les courants de profondeur, malgré leur faible vitesse, recèlent une énergie considérable du fait de la grande densité de l’eau à ces profondeurs.

Des projets de recherche et développement, comme le projet ETM (Energie Thermique des Mers), se sont penchés sur cette source d’énergie renouvelable. Le projet ETM vise à exploiter l’énergie thermique contenue dans les eaux profondes des tropiques pour produire de l’électricité. Cette technologie pourrait représenter une alternative verte et durable à la production d’électricité traditionnelle.

La France, figure de proue de l’exploitation des courants marins

La France possède un atout majeur pour l’exploitation des courants marins : une façade maritime importante et des courants marins puissants, notamment dans le raz de Sein, le passage du Fromveur ou le courant du Gulf Stream. Le potentiel énergétique est estimé à plusieurs gigawatts, de quoi alimenter plusieurs millions de foyers en électricité.

Plusieurs projets de parcs d’hydroliennes sont à l’étude ou en cours d’installation. Le plus avancé est celui de Paimpol-Bréhat en Bretagne, qui devrait devenir le premier parc d’hydroliennes en France.

Enjeux et défis de l’exploitation des courants océaniques profonds

Malgré son potentiel, l’exploitation des courants océaniques profonds présente plusieurs défis. Le premier réside dans la technologie des hydroliennes, qui doit être adaptée aux conditions extrêmes de l’océan profond : pression importante, corrosion, biofouling. De plus, l’installation et la maintenance de ces équipements en haute mer sont complexes et coûteuses.

Par ailleurs, l’impact environnemental de ces installations doit être pris en compte. Même si les hydroliennes sont considérées comme une source d’énergie propre, leur présence peut perturber les écosystèmes marins.

Enfin, le cadre juridique et réglementaire de l’exploitation des courants marins doit être adapté. Les océans sont un espace partagé et leur exploitation doit se faire dans le respect du droit de la mer et des accords internationaux.

Malgré ces défis, l’exploitation des courants océaniques profonds représente une piste prometteuse pour la production d’énergie renouvelable. Elle pourrait contribuer à diversifier notre mix énergétique et à réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Alors, prêts à plonger dans le potentiel énergétique de nos océans ?

L’énergie thermique des mers, une technologie d’avenir

Si les hydroliennes peuvent exploiter l’énergie cinétique des courants marins, une autre technologie prometteuse vise à exploiter l’énergie thermique des mers : l’ETM. Cette technologie se base sur le principe de la différence de température entre les eaux de surface, réchauffées par le soleil, et les eaux plus froides des profondeurs.

Le principe est simple : un fluide à bas point d’ébullition est vaporisé par les eaux chaudes de surface. La vapeur ainsi produite entraîne une turbine couplée à un alternateur, qui produit de l’électricité. La vapeur est ensuite condensée par les eaux froides des profondeurs, avant d’être réchauffée à nouveau par les eaux de surface, dans un cycle continu.

Cette source d’énergie renouvelable pourrait représenter une réponse durable et écologique à notre besoin croissant en énergie. En effet, les océans, qui couvrent plus de 70% de la surface terrestre, absorbent environ 80% de l’énergie solaire reçue par la Terre. Une infinité de cycles thermiques se produit donc en permanence à la surface des océans, offrant un potentiel énergétique colossal.

Cependant, l’exploitation de cette énergie thermique des mers reste complexe. Elle nécessite des installations en haute mer, coûteuses et sujettes aux aléas climatiques. En outre, cette technologie reste encore à l’état de prototype et son rendement énergétique est encore faible comparé aux énergies renouvelables plus matures, comme l’éolien ou le solaire.

Vers une réglementation adaptée des énergies marines renouvelables

Les énergies marines renouvelables impliquent l’exploitation des espaces océaniques, un environnement partagé et soumis à une réglementation internationale complexe. Pour favoriser leur développement, un cadre juridique clair et adapté doit être mis en place.

Ainsi, les enjeux juridiques et réglementaires liés à l’exploitation des courants marins sont multiples. Ils concernent notamment le droit de la mer, les zones économiques exclusives, la protection de l’environnement marin, ou encore l’impact sur les activités humaines (pêche, navigation…).

La France, par exemple, a initié une démarche de planification de l’espace maritime, avec l’élaboration de documents stratégiques de façade (DSF) en 2022. Ces DSF visent à organiser l’occupation et l’usage de l’espace maritime, en prenant en compte l’ensemble des activités et des enjeux, y compris les énergies marines renouvelables.

Il est donc essentiel de promouvoir une approche intégrée de la gestion de l’espace maritime, afin de concilier les différents usages et d’assurer une exploitation durable et respectueuse de l’environnement marin.

Conclusion

L’exploitation des courants océaniques profonds pour la production d’énergie renouvelable est une perspective alléchante. Alors que la crise climatique nous oblige à revoir notre consommation d’énergie, les océans, avec leur potentiel énergétique immense et sous-exploité, apparaissent comme une solution prometteuse. De l’énergie cinétique des courants marins à l’énergie thermique des mers, les technologies pour exploiter cette énergie sont diverses et innovantes.

Cependant, des défis importants restent à relever, en termes technologiques, environnementaux et réglementaires. Des efforts de recherche et développement sont nécessaires pour améliorer l’efficacité et la fiabilité de ces technologies. Parallèlement, une réglementation adaptée doit être mise en place pour assurer une exploitation durable et respectueuse de l’environnement marin.

Face à ces défis, la coopération internationale et l’innovation seront clés. Les océans sont un bien commun de l’humanité, et leur exploitation doit se faire dans le respect de cet héritage commun. En empruntant cette voie, nous pourrions bien découvrir dans les profondeurs de nos océans une solution durable et renouvelable à nos besoins énergétiques.